06 30 65 71 21

Depuis peu, la petite bibliothèque de la commune sur laquelle sont scolarisés mes enfants accueille une « grainothèque« . A côté des livres, un espace est désormais réservé aux graines. Chacun est libre d’y déposer ou d’y prendre ce qu’il souhaite. Les graines sont stockées dans des petites enveloppes sur lesquelles on inscrit la date de la récolte et le nom de la plante. Les initiatives comme celle-ci sont de plus en plus nombreuses à voir le jour face aux géants industriels de la semence. Mais quelle est leur utilité ?

Pour préserver la biodiversité

Aujourd’hui, les graines vendues dans le commerce et utilisées par les agriculteurs sont standardisées à l’extrême. Après avoir appauvri le sol en y déversant leurs produits chimiques, Monsanto et les autres multinationales semencières ont eu la bonne idée de développer de super-graines génétiquement modifiées, résistantes à toutes sortes d’aléas. Ces graines sont majoritairement des hybrides F1 qui sont stériles : leurs plans donnent des graines inutilisables. De plus, l’industrie semencière nous impose un nombre toujours plus restreint de variétés à fort rendement. Tout le contraire de ce que nous offre la nature (des graines d’espèces multiples et reproductibles à l’infini) ! Du coup, notre biodiversité se réduit d’année en année de façon considérable. Durant le XXe siècle, nous avons perdu 75 % des variétés comestibles cultivées selon la FAO, l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

Les grainothèques ouvrent grands leurs bras aux des graines de toutes sortes dont celles de variétés anciennes et rares. Cela permet de découvrir et de conserver les espèces en voie de disparition.

 

Pour des semences adaptées aux territoires

Si la Nature a créée autant de graines différentes, c’est aussi pour répondre à des conditions d’adaptabilité aux différents terrains, climats, et micro-climats. Les semences standardisées vont de pair avec des conditions de culture standardisées (énormément d’engrais, de pesticides et des arrosages excessifs…) puisque les graines ne sont plus adaptées à nos terres.

Les grainothèques sont des lieux d’échanges locaux où nous pouvons trouver des semences adaptées aux territoires. La plupart du temps, ce sont les graine récoltées par nos voisins ou par les habitants d’un village voisin que nous retrouvons dans les petites enveloppes. Ces graines sont donc mieux adaptées à notre territoire. Et pour des résultats encore plus spectaculaires année après année, rien de mieux que de replanter les semences récupéré dans notre jardin 😉

Pour la liberté d’échanger et de reproduire nos graines

Alors qu’il allait de soi pour les paysans de garder, replanter et échanger leurs graines librement, l’Europe a inventé un catalogue officiel des graines autorisées comportant de nombreux hybrides F1 qui doivent être rachetés chaque année par le cultivateur. Chaque pays d’Europe possède son catalogue et la somme de ces catalogues constitue le catalogue européen. Seules peuvent être commercialisées les semences issues de variétés inscrites au catalogue officiel. L’utilisation de semences non inscrites est toujours permise si elles sont issues de la propre conservation de l’agriculteur mais ce dernier ne peut ni les échanger ni les commercialiser.

Les grainothèques permettent un libre échange de graines, bien loin d’un monde dans lequel le vivant serait privatisé entre les mains de quelques-uns.

Pour un peu de gratuité 

Alors que les graines abondent dans nos jardins, les semences hybrides de l’industrie semencière constituent un véritable racket annuel des paysans et jardiniers.

Les grainothèques nous permettent de partager ce que la Nature nous offre en abondance. Une seule salade montée en graines donne de quoi faire pousser des salades dans plusieurs jardins !

Pour du lien et pour se réapproprier les techniques transmises oralement

Il y a quelques temps, le jardinage et la culture des plante se transmettait oralement. Aujourd’hui ces échanges de savoir-faire se perdent car les gens sont moins nombreux à

Les grainothèques sont aussi des lieux de rencontres autours desquels sont organisées des réunions et autres animations tout au long de l’année. Autant de moment de partage qui créent du lien et permettent d’échanger des techniques de jardinage.